L'histoire..

bm_asokaLe film raconte l'ascension romancée d'Asoka (Shahrukh Khan) qui deviendra le plus grand empereur de l'Inde antique, de son amour pour Kaurwaki (Kareena Kapoor), une princesse du Kalinga (aujourd'hui l'Orissa), de la conquête de ce territoire et de sa conversion au bouddhisme devant l'horreur du champ de bataille.

Asoka (Shahrukh Khan) est un jeune prince guerrier. Son demi-frère, héritier du trône, cherche à le supprimer car il craint de voir Asoka régner à sa place. Asoka doit s'éloigner et abandonner son identité. Sous le nom de Pawan, il rencontre ainsi la princesse Kaurwaki (Kareena Kapoor) et son petit frère, héritiers du trône de Kalinga et contraints à la fuite. Asoka-Pawan et Kaurwaki se marient, mais Asoka doit partir et croit la jeune femme morte. Inconsolable, blessé, il est recueilli par une communauté bouddhiste qui le soigne mais ne parvient pas à soulager sa peine, malgré son mariage (de raison) avec Devi, une jeune fille bouddhiste. Revenu dans son royaume, il se consacre à la guerre. Quand sa mère est assassinée il bascule dans une rage cruelle, meurtrière. Devenu empereur, il agrandit son empire dans le sang. Jusqu'au jour où...

Sans_titreEn 260 avant JC, le prince Asoka (Shah Rukh Khan) est obligé de « s’exiler » sur les conseils de sa mère, Dharma, pour échapper à l’ambition de son demi-frère, Susima (Ajith Kumar), qui rêve du trône de Maghada. Dans sa découverte du monde, le jeune homme, qui a emprunté le nom de son cheval, Pawan, rencontre Kaurwaki (Kareena Kapoor) et son jeune frère Arya. Ces derniers, sous la protection du très austère Bheema (Rahul Dev), sont en fait les héritiers en fuite du royaume de Kalinga.

Sans dévoiler leur identité, Asoka/Pawan et Kaurwaki se marient. Mais Asoka doit partir. Ildoit retourner au palais pour voir sa mère. À son retour, il apprend la mort de sa femme ainsi que du frère de celle-ci et, fou de douleur, il rentre chez lui revendiquer le trône. Inconsolable, blessé, il est recueilli par une communauté bouddhiste qui le soigne mais ne parvient pas à soulager sa peine, malgré son mariage (de raison) avec Devi, une jeune fille bouddhiste.

asokaAsoka se transforme alors en être cruel, inhumain, toujours entre deux guerres. Conscient de ses devoirs envers son royaume, il épouse sans grande conviction Devi (Hrishitaa Bhatt), une disciple de Bouddha. Dans son désir d’expansion, Asoka décide d’attaquer Kalinga. Kalinga que Kaurwaki, toujours vivante et qui a cherché en vain Pawan, a décidé de défendre coûte que coûte.

ASOKA est un film remarquable à plus d'un titre. Ce film historique inspiré d'un personnage légendaire indien, est à la fois un vrai film de guerre avec des scènes de combat épiques, spectaculaires, et un film qui considère la violence avec le regard des bouddhistes, sans complaisance mais plein de compassion. C'est à la fois un film traditionnel, et très actuel par sa mise en scène, ses costumes, sa musique, sa lumière.

home_im_3Kareena Kapoor a beaucoup de charme, mention spéciale à ses yeux verts et à son maquillage, original et très seyant. Shahruck Khan est étonnant, il semble habité par son personnage, farouche, sombre, imposant, superbe, tour à tour effrayant et poignant. On découvre avec Asoka une autre facette de ce grand acteur. Les personnages "secondaires" sont attachants, notamment Devi (Hrishitaa Bhatt) la jeune épouse bouddhiste, Bheema (Rahul Dev) le protecteur de Kaurwaki, et Virat (Danny Denzongpa) l'ami d'Asoka.

asoka4Côté décors, l'Inde traditionnelle, ses forts, ses sculptures, ses escaliers qui descendent dans le lac, sont agréablement présents.

Côté musical, quelques danses, mais surtout une musique originale de Anu Malik et qui accompagne très bien le film.

Fiche technique

  • Réalisation : Santosh Sivan

  • Scénario : Saket Chaudhary, Santosh Sivan

  • Musique originale : Sandeep Chowta, Anu Malik (chansons)

  • Image : Santosh Sivan

  • Montage : A. Sreekar Prasad

  • Direction artistique : Sabu Cyril

  • Durée : 155 mn (version internationale) / 180 mn (version intégrale) / 176 mn (distribution au Royaume-Uni) / 169 mn (director's cut pour la distribution américaine)

Distribution

  • Shahrukh Khan : Asoka (crédité Shah Rukh Khan)

  • Kareena Kapoor : Kaurwaki (crédité Kariena Kapoor)

  • Danny Denzongpa : Virat

  • Ajit Kumar : Susima

  • Hrishitaa Bhatt : Devi

  • Rahul Dev : Bheema

  • Suraj Balaje : Arya

  • Umesh Mehra : Chandragupta Maurya

  • Subhashini Ali : Dharma

  • Gerson Da Cunha : Bindusâra

asoka_420Pour tous ceux qui apprécient les films stylés où l’accent est mis sur le visuel, Asoka est une aubaine. Par l’usage particulier des angles de prise de vue lors des scènes d’action ou des séquences chantées, qui obéissent à une chorégraphie parfaite, le réalisateur du très apprécié Terrorist, Santosh Sivan, a réussi un véritable régal visuel. Soit on aime, soit on déteste ce qu’il fait dans ce film. En tout cas, on ne reste pas indifférent devant la relation entre le directeur photo-réalisateur et sa caméra. Les décors magnifiques et le travail des costumiers passent difficilement inaperçus et ne font, au contraire, qu’accentuer tout le plaisir. Tout comme les scènes de combat épiques et synchronisées, notamment la surréaliste vision de la bataille de Kalinga. On a l’impression que le spectateur a été mis en condition durant tout le film afin de mieux savourer cette scène avec ses milliers de figurants. Toute cette beauté technique éclipse quelque peu le jeu des acteurs qui pourtant font honneur à Asoka.

asoka01Voilà un rôle sur mesure pour le « king » Shah Rukh Khan que celui de l’empereur Asoka. Du jeune prince arrogant à l’empereur cruel, on se laisse tromper par la présence indéniable de l’acteur. Tout comme par celle de la belle Kaurwaki qu’incarne une Kareena Kapoor qui faisait ses grands débuts à Bollywood un an plus tôt seulement dans Refugee. Peu d’actrices auraient été capables de réaliser une pareille performance. De plus, elle est vraiment sexy dans ses costumes. Suraj Balaji, le petit héritier de Kalinga, est tout simplement superbe, naturel et émouvant, comme dans cette scène où, croyant voir Pawan, il s’élance vers lui, le suppliant de le protéger de la cruauté de l’empereur de Maghada, le grand Asoka. On écrase vraiment une larme. Danny Denzongpa, dans le rôle de Veerat, l’ami fidèle du roi rencontré lorsqu’il était Pawan, est vraiment drôle. Voilà qui le change un peu de ses habituels personnages de méchant.

La musique d’Anu Malik est tout simplement sublime, adaptée à l’esprit, à l’époque du film. On ne se lasse pas d’écouter Roshni se,San sanana ou Aa taiyyar ho ja sur des clips quelque peu sexy. Un vrai régal auditif !

m8tiycasCependant, Sivan semble accorder plus d’attention à ses prises de vues qu’au scénario qui traîne un peu (2 h 50). Au point où la magie prend difficilement entre Pawan et Kaurwaki dans la première partie. La romance n’est pas assez intense pour déchirer le cœur quand ils sont séparés. De même, le film témoigne d’une période trop lointaine de l’histoire de l’Inde (IIIe siècle avant J.-C.) pour vraiment intéresser la jeune génération d’aujourd’hui, au contraire du plus contemporain Lagaan. On a donc presque l’impression que le film s’adresse à une minorité plutôt qu’à la masse. Mais Asoka reste un spectacle magnifique, dans la lignée de Braveheart ou encore du 13e guerrier.

Le côté technique, la musique et, dans une moindre mesure, Kareena Kapoor sont les atouts de ce film qui n’a rien à envier aux productions hollywoodiennes. Asoka, c’est ce qui s’est fait de mieux à Bollywood, techniquement s’entend, avec Lagaan, en 2001, et on en redemande encore et encore. On passe en tout cas quelques heures agréables, car Asoka est simplement un vrai régal pour les sens !

quelques extraits vidéos